Personne écrivant sur un ordinateur

Le « Data Power » appliqué à la sécurité des installations

Alors que nous semons de plus en plus de données dans tous nos gestes quotidiens1, il nous faut essayer de nous emparer de ce qui se passe dans cet environnement numérique. Sachant qu’aujourd’hui 88% des données disponibles ne sont pas analysées, cela nous donne un aperçu du champ des possibles.

 

TRANSFORMATION NUMERIQUE : VERS UNE MODIFICATION DES USAGES ACTUELS

Le contexte réglementaire européen et français impose aux industriels qui exploitent des installations, une identification, une analyse et une évaluation des risques accidentels dans ses différentes composantes. Pour atteindre ces objectifs, les spécialistes de l’Hygiène, de la Sécurité et de l’Environnement garantissent des conditions de travail optimales pour les employés de l’entreprise et évaluent l’impact de leurs activités sur l’environnement. A ces différents acteurs s’ajoutent également les « cracks » de la maintenance qui veillent à maintenir l’outil industriel (installations, matériels) en bon état de fonctionnement et anticipent les risques de dysfonctionnement.

Dans la plupart des entreprises, chacun de ces Services œuvre de manière autonome ; chacun disposant de ses propres outils (Fichier Excel, Logiciels, Documentations papier…), méthodes et procédures leur permettant d’atteindre les objectifs définis par la direction. Au fil du temps, la quantité de données échangées entre les acteurs est devenue considérable. De plus, les données ne sont pas homogènes, le monde réel fusionne avec le monde virtuel. Les hommes, les machines et les procédés sont mis en réseau et génèrent en temps réel des données d’une pluralité et d’un volume sans précédent « BIG DATA ». Il est difficile aujourd’hui d’obtenir une réponse précise à une simple question.

DES DONNÉES CRÉATRICES DE VALEUR

Êtes-vous capable de fournir précisément le niveau de sécurité macro ou micro de vos installations industrielles ? Oui, alors c’est une très bonne chose pour vous et je serai curieux de pouvoir échanger sur vos méthodes et outils. Non, alors continuons la lecture.

Afin d’éviter le recours aux solutions et organisations traditionnelles qui fonctionnent, mais ne permettent pas d’être très efficace ou pour éviter les problèmes, il faut « réfléchir différemment ». Il y a une idée maîtresse, un concept.

L’idée serait de partir de ce nouvel actif aussi crucial pour l’entreprise que ses salariés, ses technologies et ses capitaux qu’est la donnée.

Par exemple, une chaudière produira des données permettant de répondre aux critères environnementaux (ex : rejets atmosphériques…), mais aussi à la sécurité des travailleurs (ex : vérifications périodiques, nombre de défaillances…). Comment pouvons-nous traiter ces deux aspects simultanément concernant la sécurité des installations alors qu’ils sont appréhendés par des Services et des personnes différentes et régis par des réglementations différentes ? Grâce à une solution numérique globale, qui permettrait de cartographier les usages des installations pour modéliser leurs comportements et à terme les prédire (installations à risque, par exemple).

LA DONNÉE, NOUVELLE RUÉE VERS L’OR !

Une modification du numérique est en cours et la place de l’humain en est elle-même bouleversée. Cette mutation est « […] rendue possible par l’extrême sophistication de l’intelligence artificielle qui entraîne un renversement, de la relative maîtrise à observer des informations sur un écran, vers la licence concédée à des systèmes computationnels de suggérer des solutions ou d’engager des actions de façon autonome »2 . En effet, la puissance de guidage algorithmique permettrait dorénavant d’automatiser la gestion de la sécurité des installations industrielles.

Les solutions numériques au service des installations industrielles sont ainsi capables de signaler une altération qui pourrait être la source d’un événement dangereux, mais aussi de stopper la production avant que cela ne se produise. Elles peuvent même orienter les techniciens afin qu’ils puissent détecter la source du problème. Ces solutions à l’aide d’algorithmes permettent de réaliser une phase d’identification en continu et une évaluation de la conformité en temps réel. Par conséquent, on peut connaitre à chaque instant le niveau de sécurité de 100% des installations industrielles du site.

 

Ce changement de paradigme enclenche ainsi la lutte contre un phénomène nouveau « l’infobésité 3 » définie comme « l’excès d’informations reçues par une personne qu’elle ne peut traiter ou supporter sans porter préjudice à elle-même ou à son activité ». Il devient crucial d’adopter, au sein des organisations travaillant pour la sécurité des installations, des technologies leur permettant de survivre à cette infinie croissance d’informations.

 

Découvrez Ealico !

 

1 Selon une étude de Statista, IDC estime que chaque personne générera 1,7 mégabyte de données par seconde d’ici à 2020.
2 Sadin, Éric, “La siliconisation du monde, l’irrésistible expansion du libéralisme numérique”, Éditions l’Échappée, 4ème trimestre 2016, p. 29.
3 Wikipédia,